J'ai couru le Trail de Sancerre 2019

Cela faisait un moment que je n'avais pas gribouillé par ici.

Je t'avoue que je n'en avais plus trop envie depuis un bon mois et puis finalement une belle aventure, une découverte, les bonnes personnes, une course, tu as un déclic et l'envie de partager revient.

 

Ne pas se forcer, écrire par plaisir sont mon leitmotiv.

Pour intéresser les lecteurs il faut être soi même intéressée et impliquée.

 

Je sors d'un petit week-end qui a fait du bien malgré l'effort et la souffrance qu'il m'a coûté, il faut le reconnaître. 

 

Samedi matin, j'arrive par un petit train bien vintage d'ailleurs (dixit la parisienne avec son air snobe), sur le région de Sancerre que je découvre pour la première fois. 

 

Je commence pas mal le week- end sportif car je prends la direction les vignes pour une dégustation des vins de Sancerre avec une équipe presse conviée pour vivre cet événement annuel : Le Trail de Sancerre

J'ai couru le Trail de Sancerre 2019
J'ai couru le Trail de Sancerre 2019

Au milieu des vignes j'apprends beaucoup de  choses

Quelques vignerons nous expliquent le différences des terres et des vins, leurs particularités.

Personnellement je reviens de loin car je n'ai pas du tout la culture du vin. Je bois de l'eau et de la bière. Alors autant dire que j'en ai appris des choses 

Tout le monde a été très pédagogue et très bienveillant, c'est très appréciable. 

 

Je n'ai évidemment jamais autant bu de vin de ma vie ce qui est tout a fait relatif car en dégustation tu te murges pas la gueule non plus.

Tu ne bois pas vraiment puisque pour une dégustation, tu recraches ta petite gorgée dans un seau commun 

C'est quand même un peu bizarre d'ailleurs quand tu y réfléchis !

 

Je ne vis pas dans un grotte évidement je connaissais cette pratique mais quand même... cracher !! C'est peut être l'histoire du pot commun, si j'avais eu mon propre seau, ah ah ah ! Je plaisante bien sûr car l'expérience a été superbe.

 

Une belle initiation pour moi qui s'est prolongée après le trail autour d'une belle table au restaurant La Tour .

Avec des coureurs, des vignerons et des coureurs-vignerons, et oui ça existe et ils cavalent plutôt pas mal.

Ecouter ces travailleurs passionnés a été très inspirant. Un beau moment de partage. 

 

J'étais quand même pas là que pour picoler alors samedi à 16h je me retrouve sous l'arche de départ pour courir le Trail de Sancerre.

 

le ventre plein après un bon déjeuner sur un bateau navigant sur la Loire avec un capitaine qu n'avait pas la langue dans sa poche (j'adore !) et qui nous a fait le guide à la perfection. 
 

J'ai couru le Trail de Sancerre 2019
J'ai couru le Trail de Sancerre 2019

15h40,  je sors de l’hôtel qui se trouve quasiment  au pied  de l'arche et le départ est donné à 15h59 BIM ! Fallait être à l'heure c'est tout !!

 

Au programme : 

 

  • 15h30 / Départ de la Magnum 35 km / 1100 m D+
  • 16 h00 /  le départ de La Fillette 15 km / 570 m D+
  • 16H10 /  l'Amarante 8 km / 250 m D+
 
Je pars pour les 15 km, j'ai réalisé cette semaine que ce ne sera pas de tout repos cette affaire avec un tel dénivelé.
Zéro entrainement en côte tout va bien, forcément j'ai un peu morflé  !
 
Donc c'est le  départ. On commence par 2 bons kilomètres de descente, et ça je vous assure c'est pas bon signe. A vrai dire ça ne me fait même pas plaisir ces descentes car j’appréhende la suite et je ne suis pas déçue effectivement.
 
Je serais incapable de vous décrire le parcours km par km comme je peux le faire habituellement ça a été un perpétuel enchaînement de descentes rocailleuses et de montées plus ou moins raides. Mais il y en avait tellement !!
 
Je la savais je m'y attendais en réalité. 
En plus le soleil est sorti pile poil au démarrage de la course. Heureusement les 20 degrés étaient gérables et ça rendait les paysages d'autant plus magiques.
Ravito pastèque fraîche, le bonheur d'après course.

Ravito pastèque fraîche, le bonheur d'après course.

J'ai couru le Trail de Sancerre 2019
J'ai couru le Trail de Sancerre 2019J'ai couru le Trail de Sancerre 2019
J'ai couru le Trail de Sancerre 2019
J'ai pris peur sur le début de la course, au moment où je m’efforçais à ne pas marcher sur les cotes douces j'avais une sensation de remontée du déjeuner. Je suis désolée pour ce détail dont vous vous seriez bien passé mais il a fait parti de ma course et de mes angoisses.
Puis tout s'est atténué par la suite par je ne sais quel miracle.
 
Très rapidement une stratégie s'est mise en place par le biais de l'instinct de survie et non pas par le fruit de ma réflexion. Car j'étais bien incapable de réfléchir à ce moment là.
Objectif : Courir quand tu peux, voire un peu plus vite sur le plat et faux plats pour rattraper le mode marche actionné  sur les côtes. Ça a l'air simple comme ça mais par moment t'as presque envie d'abandonner face à la difficulté, mais non tu n'abandonnes,  pas faut pas abuser ce ne sont que 15 km !
 
Si vous avez suivi mes stories sur insta vous avez pu entendre mon doux souffle sur les côtes. Un souffle lourd non pas  en courant attention mais en marchant. 
En marchant on arrive a être essoufflé oui mesdames et messieurs c'est possible je  l'ai fait .
 
Tu te retrouves vite avec des copains de galère. Tient ça faisait longtemps.
Autour de toi tout le monde vit la même souffrance,  certains sont même en pire état que toi. Ce n'est pas pour autant rassurant je ne me réjouis pas de la souffrance d'autrui. Mais ça rassure, c'est normal si tu galères ma petite ...
 
On se double et redouble avec les mêmes coureurs, ça créé des liens entre les coureurs et  on s’encourage, l'esprit trail j'adore !
Sur semi ou un 10km parisien on se claque les mains à l'arrivée on se félicite mais pendant la course c'est une peu chacun pour soi. 
J''ai vu ma montre dépasser les 1h30 c'était  le temps de mon 15 km le mois dernier sur le km pour elles à Paris et oui là c'est pas la même histoire,à cette heure samedi à Sancerre au milieu des vignes,  je n'étais pas arrivée au bout de mon 15 km  loin de là.
 
Puis 1h45 ...Yohann Stuck  me double sur son 35 km avec le grand smile. 
Et moi  je ne vois que sa barbe et ses dents blanches. Des fois sous le coup de la fatigue tu fais des fixettes et tu ne retiens qu'un truc voir 2 trucs !
Avant lui 3 ou 4 coureurs du 35 km étaient passés. Punaise les gars ce sont des machines !
 
On a traversé des vignes. On a vraiment couru entre les pieds de vigne.
Quand enfin tu entends le speaker, tu approches l'arrivée. Ce serait trop simple de finir sur du plat. L'arche est en haut d'une petite côte, et oui ! L’accueil et les encouragements me donnent le sourire, tellement heureuse d'être là  !
 
Les bénévoles te tendent ta bouteille de Sancerre : Merci mais là ce sera de l'eau pour moi.
C'est ton cadeau finisher.
 
Le restaurant du soir : une belle récompense, et on déguste encore des vins  Sancerrois, normal...
Le restaurant du soir : une belle récompense, et on déguste encore des vins  Sancerrois, normal...Le restaurant du soir : une belle récompense, et on déguste encore des vins  Sancerrois, normal...

Le restaurant du soir : une belle récompense, et on déguste encore des vins Sancerrois, normal...

Dans ma chambre d’hôtel je fais le recap : Punaise c’était dur et  qu'est ce que c'était bien, et ces paysages, et cette ambiance...
 
Comme d’habitude j'ai pensé qu'il fallait que  je revienne l'année prochaine, mais mieux entraîner ce coup-ci. 
48 h après j'ai toujours des courbatures. C'est dire si mon corps n'était pas prêt. Je vous avoue que j'aime ça les courbatures. Cela montre aussi, au delà du manque d'entrainement adapté,  que je suis sortie de ma zone de confort et ça me plait.
 
Pour les fans des chiffres, mais ce n'est pas ce que je retiens il n'y a rien de dingue dans ce classement j'en ai conscience par contre les images que je garde en tête son exceptionnelles. C'est une aventure à vivre !!
 
  • 2h12 pour 15 km et 570 m de dénivelé 
  • Classement général 1341/1550
  • 129ème de ma catégorie 
 
Le lundi pique un peu après un week end pareil.
 
Pour suivre mon quotidien sportif, c'est par ici 
Retour à l'accueil