Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019

Me voilà enfin le 7/04, cette date tant attendue !

Mon inscription date d'il y a 6 mois, j'en suis à 3 mois d'entraînement, 4 entraînements par semaine à caser coûte que coûte, entre vie pro et vie perso, c'est une sacrée aventure la préparation d'un marathon 
 
J'ai adoré m’entraîner, j'aime toujours autant les prépas marathon. Cumuler les km, enchaîner les séances, sortir de ma zone de confort ....J'y trouve mon compte.
 
Le 6 avril samedi matin j'arrive en famille à Rotterdam direction le village des dossards et je retrouve la team athlé. La bonne ambiance est au rdv, on a hâte, on y va, on a peur, la totale. Tout est normal ! 
 
 

 
Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019
Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019

Ce sont des moments sympas quand tu cours à l'étranger :  aller boire un verre, faire un peu de tourisme, découvrir des lieux,  c'est toujours très agréable et ça fait parti du week end marathon 

Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019
Dimanche matin le jour J
Je n'ai pas réussi à rejoindre la team dans les sas mais c'est pas très grave je sais qu'on allait pas courir ensemble de toutes façons. Sur marathon c'est difficile de se suivre, c'est long et les variations de la forme sont nombreuses 
 
Je suis presque à la bourre, j'ai perdu la moitié de la famille, il y a du monde, seule mon aînée m'accompagne jusqu'au bout. J'ai pas eu le temps de stresser ?j'arrive dans mon sas et 10 min après ça commence à avancer vers le départ.
 
Par contre après je suis seule et la pression est un peu à son pic de forme, l'ambiance est là. Le speaker hurle des trucs incompréhensibles pour moi et la musique est à fond. et je me mets à chialer !! Oui oui ça commençait fort.
A l'arrivée j'aurai compris mais là j'avais pas commencé à courir ! Chochotte va !
 
Me voici partie seule dans ma bulle... je m'accroche dès le départ au meneur d'allure 4h30, mais de temps en temps il va un peu plus vite que la vitesse attendue et honnêtement j'ai très peur de me cramée alors je le laisse partir et reste a 6'25 du kilo pour arriver aux 4h30.
 
J'avance sans m’arrêter même pas au ravito car j'ai tout ce qu'il fait dans mon camelbag
 
Les km défilent, bizarrement je suis un peu déçue sur l'ambiance j'avais des souvenirs beaucoup plus gais de ce marathon.
Mais j'avance toujours, j'arrive sans trop de tracas ni de question au km 15 puis au semi je suis pas trop mal je vérifie sur mon bracelet objectif 4h40 qui indique les passages au km 

 

 
Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019
J'ai pris large quand j'ai acheté ce bracelet au village marathon pour ne pas me décourager en cas de faiblesse, en sachant que même 4h45 ferait mon affaire ! 
Après le semi c'est que du plus, du positif. Objectif arriver au 30ème. Sur marathon je me fixe des points à atteindre, step by step, l'objectif parait plus surmontable ainsi.
Je ne me sens pas super en forme tout à coup  au km28 mais je réalise qu'il ne faut pas que je m'écoute car c'est de la fatigue. Normal t'as couru 3 h, c'est pas le mur, oublie le mur  ! 
 
Je continue et je suis contente car je n'ai pas fait de pause pendant 30 bornes. 
A Rotterdam il n'y a pas de solide aux ravito,  rien à manger donc tu as tout sur toi ou tu crèves la dalle.
 
Ensuite ça se complique je n'avance plus et  mon rythme ralentit drôlement. Gros coup de massue, gros coup au moral, la claque.
Je m'arrête, je marche et  puis je repars et ça pendant 10 km 
La galère commence... je réalise que ça ne le fera pas, que mon chrono sera catastrophique... 

 
Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019
Je commence à souffrir de la chaleur, tu vas à Rotterdam en te disant c'est roulant et les températures seront idéales et tu te retrouves sous le soleil entre 18 et 24 degrés 
Je suis tellement mal que mes démons intérieurs viennent me parler et l'idée me passe par la tête d'abandonner mais très vite cette idée est balayée.  
 
D'autant plus que ma famille est là, elle m'encourage sur le parcours sur plusieurs points stratégiques, je ne peux pas abandonner.
Tu sers les dents et t'avances bordel !!!
km40 je déprime face à ma montre 
L'entrainement était pourtant si intense et adaptée je ne comprends pas pourquoi c'est encore si difficile 
 
Les 5 derniers km ont été dingues d'ambiance mais même ça, ça ne me touche pas je suis trop affectée par ma "non réussite" 
 
Je finis mal, sans blessure mais épuisée en oubliant que j'ai fini un marathon, que je suis finisher. 
Mon mari m'appelle pour savoir où je me trouve  et je suis incapable de lui expliquer où je suis.
"je suis adossée à la boutique Hugo Boss... t'as qu'à chercher sur google il doit pas y en avoir 36 à Rotterdam" Mais c'est qu'elle est désagréable la fille après ses 42 bornes !
 
La chaleur n'a pas aidé, un soleil omniprésent, j'ai même bronzé.
Je retrouve mari et enfants,  enfin ce sont surtout eux qui me retrouvent.
Et je finis par vomir. Carrément, je sais c'est pas glamour mais c'est la réalité. C'est aussi ça courir un marathon, ce n'est pas une épreuve facile. On voit beaucoup de personnes pour qui c'est facile d’enchaîner les km sur les réseaux sociaux. On peut avoir tendance à croire que c'est simple mais non, pas toujours.... c'est une épreuve toute aussi difficile qu'enrichissante.
 
Quelques minutes plus tard j'ai pu reparler et sourire enfin à ma petite famille qui m'avait suivi pendant tout le parcours d'un point à l'autre du parcours. Elle a totalisé plus de 15 km de marche pour m'encourager. Merci pour leur soutien sans elle je ne finissais pas. 
Voilà je suis finisher pour la 4ème fois d'un marathon
 
Chrono 5h02, déçue ? Oui forcément. Je pensais m'approcher des 4h30 j'en étais loin ....
Finisher de mon 4ème marathon dans la souffrance :  Rotterdam 2019
J'ai mis du temps à écrire ce compte-rendu car ma tête n'était pas d'humeur
J'ai dit à tout le monde que ce serait mon dernier marathon que je m'orienterai plus vers le trail à présent.
J'ai même envoyé un message à mon mari entre le 39 et 40ème km pour le lui dire !
"Km39  Je suis morte, ce sera mon dernier marathon"
 
Et puis finalement ....Dimanche en accompagnant ma copine sur les 12 dernières  km de son premier marathon de Paris  je me suis dit quand même  que j’aimais ça. Ce gout de l'effort et du dépassement de soi, cette ambiance unique que l'on trouve sur le parcours d'un marathon....
 
Je ne veux pas rester sur ce chrono. Il faut recommencer !!
Voilà... j'ai presque oublié que j'avais vomis à l'arrivée de mon 4ème marathon  et souffert pendant 12 km à Rotterdam
 
Je me suis  remémorée que j'ai mis 5 ans à faire un rp sur semi. Peut être que sur marathon il me faut plus de temps aussi !
 
Alors je suis surement repartie pour un 5ème marathon 
La question est en 2019 ou 2020 ?
Retour à l'accueil