Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marathon de Rotterdam 2016

Mon deuxième marathon, j’ai 41 ans…12 avril 2016

 

Le challenge de l’année dernière c’était un marathon pour mes 40 ans, c’était le cadeau commun que j’avais suggéré aux amis et à la famille.

Ça n’a étonné personne car ils ont tous l’impression que je cours tout le temps. Moi je trouve pas tant que ça, j’ai la progression difficile en vitesse et pour moi ça n’est jamais assez vu mon petit niveau.

Après une étude minutieuse sur les marathons existants en Europe avec le plus faible dénivelé (car je suis fâchée avec les côtes) je me suis lancée sur Rotterdam : pas besoin de certificat médical, pas de loterie pour l’obtention d’un dossard , pas de côtes, pas cher 57 € ! et l’occasion d’un petit week-end dans une ville à taille humaine

Une fois aurait pu suffire mais l’envie de recommencer et de faire mieux a surgit.

L’ambiance de ce marathon est juste incroyable.

Toute la ville est sur le parcours à encourager les coureurs et ça motive. Je crois que sans la foule je n’aurai pas fini la première fois

Donc cette année 2016 nouveau challenge pour moi ! Non pas, d’arriver au bout des 42,195 km ce coup-ci mais de faire mieux.

Avec une préparation de 3 mois à raison de 4 sorties par semaine : prépa un peu pêchée sur les magazines, un peu aider par mon entraineur du club (qui m’assure que le marathon sur bitume c’est pas bon pour la santé) et surtout je me sers des erreurs commises l’année précédente pour améliorer le programme.

J’allonge donc les sorties longues les dimanches, seules et interminables mais nécesssaires (jusqu’à 2h40), ainsi que les fractionnés en club : des 1000 m et des 800 m et je ne lâche rien, je ne rate aucune séance ! La fièvre du marathon est en moi. Je tente de faire entre 40 et 50 km par semaine, ce qui pour certains n’est pas beaucoup.

3 mois ça paraît beaucoup mais finalement le jour J arrive très vite.

Samedi : Départ en Thalys pour 2 jours 1 nuit à Rotterdam avec mon Cher et Tendre, les enfants sont avec Mamie pas de préoccupation de ce côté-là.

Nous retrouvons notre petit hôtel simple et pratique, proche de tout, à 10 mn de la gare, à 5 mn du départ du marathon et du village pour le retrait des dossards.

On se met dans le bain tout de suite … des coureurs partout dans la ville, bonne ambiance !

Le lendemain me voilà dans mon SAS, seule cette année, Cher et Tendre a une blessure au genou. Il a interdiction de courir.

Ciel bleu, grand soleil, quelle chance ! pas de vent. J’ai toujours lu que la difficulté du marathon de cette ville portuaire était le vent .

Je démarre sans GPS , du coup trop rapide, je passe le pont à 10km/h. j’ai le confirmation de la vitesse par 2 français qui passent à coté de moi. A ce moment ça plane pour moi !

Ma montre se déclenche qu’au 8ème km, je peste en promettant de changer de Garmin en rentrant.

Je vois Cher et Tendre au 20ème et 29 ème km. Je suis en pleine forme, des frissons dans tout le corps avec toute cette musique à fond sur le parcours et la foule qui encourage. Les gens crient ton nom inscrit sur ton dossard.

Je cours sans musique dans mes oreilles cette année, je voulais m’imprégner de l’ambiance magique de Rotterdam et ça marche !

 

Tout allait bien quand badaboum ! mes jambes si figent, Robocop entre en action et a une mission : parvenir à la ligne d’arrivée.

Vive les Balistos, Twix et les abricots secs, ravitaillement personnel car il n’y a pas de solide à Rotterdam, vaut mieux le savoir ! Puis eau et AA Drink de l’organisation à chaque ravito, je ne loupe rien, je bois et je mange tout ce que je peux , ça sent la détresse.

J’ai un petit moment de solitude entre le 35 et 38ème km, tronçon de la boucle où il y a moins de spectateurs

Et là « Running is mental « pendant 12 km (en 1h42 !! la honte !).Vous pouvez voir ma photo de femme épanouie au 40ème km.

 

Marathon de Rotterdam 2016

J’ai les encouragements de Cher et Tendre, je lui signale que j’ai plus de jambe mais il le voit bien à ma tête.

Et Hop c’est la délivrance ! J’arrive sur une chanson de Grease, excellent ! Travolta an Newton-Jones sont là ! c’est magique !

Petit sprint finale, enfin j’essaie c’est l’arrivée quand même.

Voilà je suis de nouveau marathonienne et mon chrono indique 4h52, oui c’est Anama runs slowly faut pas l’oublier. Mais 20 mn de moins que l’année dernière donc je suis lente, mais heureuse.

J’ai cru jusqu’au 30ème km pouvoir finir en 4h30 mais je me suis emballée, j’espère l’année prochaine…

Cette année le maire de la ville n’était pas à l’arrivée pour me serrer la main. Ba pourquoi !

Et cette année je n’ai pas pleuré à la finish line !!

De retour à la maison je suis sur un petit nuage et ça dure quelques jours.

Il m’a été impossible de prendre le bus, le RER et le métro pour aller au travail le lendemain matin pourtant c’était prévu ! je ne pouvais plus lever la jambe gauche, mais tout est rentré dans l’ordre très vite.

Je me suis demandée quand même pourquoi on se mettait dans des états pareils …mais pas longtemps... je pense déjà à l’année prochaine.

Arrivée (avec mes temps de passage imaginaires sur les mains)

Arrivée (avec mes temps de passage imaginaires sur les mains)

en or s'il vous plait

en or s'il vous plait

Tag(s) : #Marathon

Partager cet article

Repost 0